Les revues littéraires occitanes, dernières parutions

Reclams, la plus ancienne revue littéraire en occitan

En 1896, rue des Cordeliers à Pau, est créée la Société Félibréenne du Sud-Ouest, dite Escole Gastou Febus. Le 1er février 1897, sort le premier numéro de la revue de l’Escòla, appelée Reclams de Biarn e Gascounhe, une revue qui n’a jamais cessé d’être publiée. Son rédacteur en chef est alors, Miquèu de Camelat ; il le restera jusqu’à sa mort en 1962. Les plus grands auteurs gascons y sont publiés dont Simin Palay, Camelat, Manciet, Peyroutet, Baradat, Gonzalès, Javaloyès,Touzis, etc. C’est la plus ancienne revue occitane en activité. Depuis, une quinzaine d’années, son rédacteur en chef est Sèrgi Javaloyès. Elle est portée par l’association Escòla Gaston Febus, dont le « capdau » est Maurici Romieu, aidé par Anne-Pierre Darrées, Jean-Claude Clermont et l’ensemble de ses administrateurs.

Son rôle est de présenter des auteurs confirmés ou débutants, principalement contemporains. Outre les extraits de romans, les nouvelles, les poésies, elle contient des rubriques permanentes : point de langue de Maurice Romieu et d’Éric Gonzalès, les recensions d’ouvrage de Sèrgi Javaloyès, les actualités musicales d’Éric Fraj, les actualités du net de Domenja Lekuona.

Les derniers numéros de la revue

Image 10000000000005660000018A9499656DDABFA6FD.jpg

Abonnement annuel : de 7 à 30€ selon formules

Pour connaitre les contenus ou lire librement un article, rendez-vous sur le site

Lo Gai Saber fait peau neuve après un siècle d’existence

Le centième anniversaire du Gai Saber a été l’occasion d’une réflexion sur la meilleure manière de répondre à la double mission qui avait présidé à sa fondation : la création en occitan, la réflexion sur l’occitan. Au cours de l’année 2018, un comité de lecture élargi a décidé de renouveler la revue tant dans sa forme que dans son contenu.

La présentation

L’ancien format (17*24 cm) a été ramené au format A5 (15*21cm) qui correspond à l’in-8° des origines. La maquette et la typographie ont été revues. La couverture accueille désormais une illustration en quadrichromie. Un condensé du sommaire figure en quatrième de couverture. Le nombre de pages a plus que doublé, ce qui permet d’aérer la présentation, de mettre en valeur les rubriques et les textes, d’inclure quelques illustrations, mais aussi d’accueillir de nouveaux auteurs et des contributions plus ambitieuses.

Les rubriques

Chaque numéro s’ouvre sur un dossier (« Paraulas de femnas », « L’invencion de l’occitanisme », « L’inspiracion gascona » etc.) dont le titre est repris en couverture et qui en justifie l’illustration. Les objectifs de la revue, redéfinis, se répartissent selon les rubriques suivantes :

Casèrn (cahier) : Donner à lire les écrivains d’aujourd’hui.
Assages (essais) : Susciter la réflexion sur la culture et l’histoire.
Tèxtes : Publier les textes, documents, témoignages… qui ont fait l’occitan.
En occitan dins lo tèxte : Interroger la production en français des écrivains d’origine occitane.
Espiars sus Occitania (regards sur l’Occitanie) : Découvrir la vision d’artistes e de voyageurs sur le peuple et le pays d’oc.
Lenga (langue) : Donner les clés pour parler occitan, écrire en occitan.
Cronica (chronique) : Soutenir le combat pour la langue occitane.
Lecturas (lectures) : Rendre compte de l’actualité des livres.
Corrièr (courrier) : Dialoguer avec les lecteurs.

Ces rubriques constituent autant d’ouvertures pour de nouvelles thématiques et de nouveaux contributeurs. Les textes ou propositions de contribution sont à envoyer à l’adresse : contacte@logaisaber.com

Les derniers numéros de la revue

Image 1000000000000500000002522C5AFB6CED43AF33.jpg

Abonnement annuel entre 20 (prix étudiants) et 30 euros. Informations sur : www.logaisaber.com (paiement sécurisé par carte bancaire).

Oc : des premiers « textes fondateurs » à la génération contemporaine

Créée en 1923 par Ismaël Girard et Camille Soula, dans un contexte de compagnonnage avec les Catalans opprimés, la revue prend dès l’origine une part active à la renaissance littéraire occitane du XXe siècle. « Apartenèm au mond » [Nous appartenons au monde] : la devise fixe le cap, et Girard rappelle le programme dans les années 60 : « Nòsta contestacion qu’es creacion » [Notre contestation c’est la création]. Création qu’illustrent – parmi tant d’autres – Max Rouquette, René Nelli et Bernard Manciet, avec des textes fondateurs mais également à travers l’accueil d’une nouvelle génération d’auteurs.

Au cours de son histoire mouvementée, Oc n’a jamais cessé de paraître. Après une période de transition pour la nouvelle équipe, la maquette a été renouvelée en 2014, autour de rubriques variées : poésie, prose, libre cours, chroniques…

Parallèlement, « Germanor » perpétue la fraternité avec la Catalogne, et l’ouverture « aus aulhors » [aux ailleurs] de l’Occitanie (Manciet) ne se démentit pas : chaque nouveau numéro s’ouvre ainsi sur la rubrique « Convidats » [Invités], destinée en priorité aux poètes s’exprimant dans une langue minorisée (dernièrement en sarde, en guarani, en gaélique d’Écosse). Enfin, OC ne s’interdit pas la publication de numéros spéciaux, tels le triple consacré à Montpellier, métropole occitane.

Première de couverture et sommaire du numéro de juin 2021

Image 100000000000020A000002E3018D357C600B3317.jpg

Image 1000000000000406000002DA3A1C1EF05FC0D0E2.jpg

Abonnement annuel de 21 (prix étudiant) à 30 € - www.ocrevista.com.

Textes et contributions sont à envoyer à frederic.fijac@orange.fr (pour l’occitan) et à joanpere.sunyer@gmail.com (pour le catalan).