Robert Allan (1927-1998) : des Cants de la Tibla aux Cants dau Deluvi

Marie Jeanne Verny

References

Electronic reference

Marie Jeanne Verny, « Robert Allan (1927-1998) : des Cants de la Tibla aux Cants dau Deluvi  », Plumas [Online], 3 | 2023, Online since 09 June 2023, connection on 18 April 2024. URL : https://plumas.occitanica.eu/780

Paru en décembre 1960, Li Cant dau Deluvi rassemble une petite sélection de textes qui avaient valu à Robert Allan, en 1955, le « Prèmi de las letras occitanas ». Après une brève présentation biographique d’un auteur peu connu, nous évoquerons la longue aventure qui conduisit à la publication, aventure exemplaire des conditions matérielles et intellectuelles de la direction de la collection Messatges. Nous dirons quelques mots des formes et motifs de l’œuvre poétique d’Allan et des influences littéraires qui maquent son écriture.

Paregut en decembre de 1960, Li Cant dau Deluvi recampa una pichòta seleccion de tèxtes que permetèron a Robert Allan, en 1955, d’obténer lo « Prèmi de las letras occitanas ». Après una presentacion biografica rapida d’un autor gaire conegut, evocarem la longa aventura que menèt a la publicacion, aventura exemplara de las condicions materialas e intellectualas de la direccion de la colleccion Messatges. Direm qualques mots de las formas e dels motius de l’òbra poetica d’Allan e de las influéncias literàrias que marcan son escritura.

Published in December 1960, Li Cant dau Deluvi gathers a small selection of the texts that had earned Robert Allan the "Prèmi de las letras occitanas" in 1955. After a brief biographical presentation of this little-known author, we will evoke the long adventure that led to the publication, an exemplary adventure of the material and intellectual conditions of the Messatges collection. We will also say a few words about the forms and motifs of Allan's poetic work and the literary influences that shape his writing.

L’œuvre de Robert Allan, longtemps demeurée en grande partie manuscrite ou dispersée dans des revues, est restée trop peu connue, en dehors du volume de Messatges, Li Cants dau deluvi1. Ce recueil était une petite partie d’un ensemble proposé à la collection cinq ans plus tôt, sous le titre Li Cants de la tibla. Robert Allan était alors maçon et reprenait ainsi en quelque sorte la tradition des « poètes ouvriers » du XIXe siècle, Peyrottes, le potier de Clermont l’Hérault avec ses Orcholets2 ou Jasmin, le coiffeur d’Agen, avec ses Papillotos3. Je l’avais découvert à travers un texte, publié dans l’Anthologie Poètes de langue d’oc éditée en 1981 par F.J. Temple dans un numéro spécial de la revue Vagabondages. Ce poème, limpide et sensuel, était intitulé « Cançon per Regina ». Des années durant, à cause de cette limpidité, je l’ai mis à mon programme de cours de lycée ou de l’Université. Il commençait ainsi :

Alai dins la mar
Barrutlat deis èrsas
Vese un codolet
Balha-me ta man

Balha-me ta man
Emé ton parlum
E te seguirai
Coma un prefum lèu

Sarem doas gafetas
Que se'n van dançar
Sus la mar alai
Ras deis èrsas blancas…

Là-bas dans la mer
Roulé par les vagues
Je vois un galet
Donne-moi ta main

Donne-moi ta main
Avec ton babil
Et je te suivrai
comme un parfum léger

Nous serons deux mouettes
Qui s’en vont danser
Sur la mer là-bas
Près des vagues blanches…

J’étais intriguée par ce poète que les biographes signalaient comme né à Montpellier alors qu’il écrivait en provençal rhodanien. Le hasard de mes recherches, à partir de 2008, m’a permis d’éclairer son itinéraire biographique, de découvrir l’ensemble de l’œuvre éditée et aussi, grâce à la confiance de la famille et aux ressources disponibles au CIRDOC, d’avoir accès à de très nombreux manuscrits inédits. J’ai entrepris l’édition de l’œuvre complète, dont le premier volume est paru en 20124 et dont le deuxième devrait suivre.

Quelques éléments biographiques

Ces éléments viennent directement d’un manuscrit de l’auteur, rédigé à la demande de Serge Bec5, pour accompagner une présentation publique de son œuvre.

1927 (5 mai) – Naissance de R.A. à Montpellier (Hérault) au hasard d’un séjour de sa mère. Reconnu uniquement par sa mère, elle-même de lointaine origine écossaise, du côté paternel, dont il portera, par conséquent, le nom.
1929 –R.A. est confié à un couple de nîmois sans enfants, qui ne cesseront, dès lors, sans l’adopter officiellement, et sans rompre ses liens avec sa mère, de le considérer comme leur propre fils.
1934-1940 – Études primaires à Nîmes, à l’école dite « de Grézan » (C.E.P. en 1940).
1938 (1er octobre) – mort subite de son père nourricier, M. Bertrand Fabrègue, grand admirateur du fabuliste Bigot.
1940-1941 – Études secondaires à Nîmes, à l’école Saint-Charles.
1941-1944 –Études commerciales (+ anglais et espagnol) au collège technique et secondaire polyvalent de la rue Dhuoda, plus connu à Nîmes sous le nom d’École Pratique.
1944 (février) – S’engage dans le groupe de distribution du journal clandestin Défense de la France, devenu France-Soir, dirigé par Lucien Roustan.
1944 (Pâques) – Le groupe de collégiens sus mentionné se trouvant soudain dans le collimateur de la « milice », ses membres décident de ne pas reprendre leurs cours après les vacances de Pâques.
1944 (début août) – Après quelques mois d’oisiveté clandestine, ponctués de petits travaux alimentaires, R.A. s’engage dans les Francs-Tireurs et Partisans Français (F.T.P.F).
1944 (fin août – fin décembre) – Participe à l’épuration anti-fasciste de la Lozère, séjourne au camp du Larzac, d’où il est transféré, sur sa demande, sur le front d’Alsace.
1944 (fin décembre) – 1945 (8 mai) – Participe, au sein de la 10ème compagnie du 81ème R.I., du Colonel de Chambrun, à la fin de la campagne d’Alsace, à la garde du Rhin, au passage de la Lauter, puis aux opérations dans le Palatinat Rhénan (Prise de Rastadt etc.) et de la Forêt Noire.
1945-1946 (26 avril) – Épuration anti-nazie de la Forêt Noire (81ème R.I.), puis occupation du Palatinat (Neustadt) et de la Sarre (Q.G. de la 3ème D.I.A. puis du 3ème R.T.A.).
1946 (novembre) – Revenu à Nîmes après sa démobilisation (26 avril), R.A. obtient un emploi d’auxiliaire à la S.N.C.F.
1948-1949 – En tant qu’employé de la S.N.C.F., R.A. séjourne, durant un an et demi, à Paris, où il fréquente les milieux littéraires (Académie Raymond Duncan, Club « Le radar », Cercle Saint-Sulpice). Fait la connaissance d’Hervé Bazin et d’Henri Perruchot. Est présenté à Jean-Paul Sartre et à Rosemonde Gérard. Adhère au Parti Communiste Français.
1949 – Démissionnaire (en juillet) de la S.N.C.F., R.A. séjourne en Avignon, chez sa mère, puis à Nîmes, chez sa mère adoptive, veuve depuis 1938.
1950-1954 – À l’issue de six mois d’études dans un centre C.F.P.A. du bâtiment, travaille dans une entreprise de travaux publics, en qualités successives de manœuvre, demi-ouvrier, ouvrier, puis chef de chantier.
1950 – Écrivant en français depuis 1946, R.A. devient secrétaire du Cercle Nîmois des « Amis » de l’hebdomadaire Les Lettres Françaises. À ce titre, fait la connaissance de Robert Lafont, qui lui conseille d’écrire en occitan.
1952 – Obtient le prix Antonin Perbosc, décerné par l’Institut d’Études Occitanes6.
1954 (16 octobre) – Rejoint sa mère en Avignon. Exposition de dessins à Villeneuve-lès-Avignon. S’établit en Avignon comme artisan maçon.
1955 (15 mai) – En l’hôtel de ville d’Avignon, le Grand Prix des Lettres Occitanes est décerné à Robert Allan, au nom de l’I.E.O., par son président, le Dr Max Rouquette, en présence du grand poète catalan Joseph-Sébastien Pons.
1955-1956 – Fait la connaissance du poète chansonnier André Montagard et de la romancière Elisabeth Barbier. Participe à l’hommage à Garcia Lorca, aux Saintes-Maries.
1956-1987 – Ayant abandonné la maçonnerie, R.A. exerce, durant quelque trente ans, les fonctions de secrétaire de rédaction, chroniqueur littéraire, artistique et dramatique des Éditions de la revue Reflets Méditerranéens et de la Société Méridionale d’Imprimerie et d’Édition, fondées et dirigées par l’ancien et brillant reporter principal du quotidien Le Provençal : Robert Joly. S’intéresse tout particulièrement, de 1956 à 1970, à Jean Vilar et au festival d’Avignon.
1962 – Par l’intermédiaire d’Elisabeth Barbier, entre en relations avec le romancier irlandais Laurence Durrell, qui lui consacre un long article, richement illustré, dans la revue américaine Hollyday.
1962 – Devenu secrétaire général du PEN-CLUB de langue d’oc, R.A. organise en Avignon une session plénière du PEN-CLUB International, à l’occasion duquel il fait la connaissance d’Arthur Miller et de Pablo Neruda. R.A. fonde les Journées Rhodaniennes du Livre et du Disque Occitans7 qui se dérouleront, dès lors, chaque année, jusqu’en 1974, en Avignon, et à Carpentras, Cavaillon, l’Isle-sur-la-Sorgue, Orange, etc.
1964-1969 – Mariés en 1958, mais inéluctablement dépourvus de progéniture, R. Allan et son épouse Jacqueline adoptent plénièrement, successivement, trois enfants, Laure (2 ans), Frédéric (6 ans et 6 mois) et Olivier (12 mois).
1974-1979 – R.A. fonde et dirige en Avignon la Maison de la Culture Provençale.
1976 – Divorce, puis publication d’une traduction, en provençal, de Poèmes choisis, de Federico Garcia Lorca.
1978 – Remariage avec Melle Henriette Perinetti, directrice de la crèche municipale de Carpentras.
1987 (15 mai) – Départ en retraite. Partage sa vie, désormais, entre l’appartement conjugal, d’Avignon, et la maison qu’il a construite de ses mains, de 1958 à 1961, à Vedène, où ses enfants ont été élevés.

Mon travail d’édition m’a donné l’opportunité d’entrer dans l’intimité de l’élaboration de l’œuvre, ce qui me permettra de faire le point sur l’aventure éditoriale du volume de Messatges, et de donner quelques éléments d’analyse sur la production littéraire de l’auteur, depuis les premiers manuscrits, entre 1946 et 1961, date à laquelle son œuvre occitane commença à être éditée8.

Le volume de Messatges : l’histoire d’une édition

Une aventure mouvementée

L’exemple d’Allan est significatif du sort de l’édition occitane de la période qui nous occupe : une créativité étonnante dont ne témoigne qu’incomplètement la partie émergée de l’iceberg, à travers Messatges ou les livraisons de la revue Oc. Les lettres d’Allan à Robert Lafont9, entre 1955 où le manuscrit des Cants de la tibla obtint le Grand prix des Lettres Occitanes, et 1960, où l’œuvre fut éditée sous le titre Li Cants dau deluvi, une fois considérablement amaigrie et « formatée » selon le gabarit de la collection, révèlent un écart considérable entre l’aspiration à publication d’Allan et les moyens de l’édition. Allan, entré à la SNCF dans la foulée de son engagement dans la Résistance, avait écrit – et publié – ses premiers textes en français10 alors qu’il résidait à Paris. Son séjour dans la capitale l’avait mis en rapport avec divers milieux littéraires et lui avait permis de rencontrer Hervé Bazin, Rosemonde Gérard ou Jean-Paul Sartre. On suppose que son appartenance au PCF et son statut d’ancien résistant expliquent les relations qu’il entretenait avec la revue Les Lettres françaises. C’est à ce titre, revenu à Nîmes en 1950 et secrétaire du Cercle Nîmois des « Amis » des Lettres Françaises, qu’il fit la connaissance de Robert Lafont, lequel lui conseilla d’écrire en occitan. Ses premiers poèmes occitans, par l’entremise de Lafont, avaient été publiés dans la revue Oc11, en 1953. Mais Allan avait, entre 1953 et 1954, rassemblé un nombre important de textes dans un ensemble intitulé Li Cants de la Tibla [Les Chants de la truelle]. Sur les conseils de Lafont, comme en témoigne un courrier du 15-11-1954 :

« diga-me se pode te mandar ma causida (15) de poemas per lo mes de gener ; saves plan que m’avias dich que li farian publicar dins « Messatges ». D’autre las, diga me de segur, s’ai lo drech de me presentar au mes de mai au Grand premi di letras occitanas »

[Dis-moi si je peux t’envoyer ma sélection (15) de poèmes pour le mois de janvier ; je sais bien que tu m’avais dit que nous les ferions publier dans « Messatges ». D’autre part, dis-moi avec certitude si j’ai le droit de me présenter au mois de mai au Grand Prix des lettres occitanes],

il présenta une sélection de cet ensemble à ce Prix quinquennal12 de l’IEO, qui lui fut décerné par le président d’alors, Max Rouquette, en 1955, « en présence du grand poète catalan Joseph-Sébastien Pons », note Allan avec fierté dans son autobiographie. Ce prix lui avait fait espérer la publication, dans la foulée, des Cants de la tibla. Ses courriers à Lafont témoignent de son impatience à ce sujet. Mais c’est seulement en 196013, que parut la mince brochure reprenant le titre d’un des poèmes, avec une petite partie du manuscrit initial. Le changement de titre et la nouvelle composition avaient visiblement été négociés avec Andrée-Paule et Robert Lafont, auquel Allan écrivait notamment en octobre 1958 :

« Autre chose ; j’aimerais, puisqu’il n’y a décidément pas moyen de le publier, récupérer le manuscrit de mes Cants de la tibla ; je me débrouillerai pour les faire publier à Avignon, pas chez Joly14, rassure-toi ; j’ai horreur de profiter de la situation ; crois-tu qu’en écrivant à Toulouse il me soit possible de récupérer ce manuscrit ? Si oui, tant mieux ; sinon, pourrais-tu t’en charger toi-même ? Merci d’avance. »15

puis, en novembre 1960 :

« J’espère que vous avez reçu ma dernière lettre où je vous donnais mon accord pour le titre Li Cants dau deluvi ! ».

Les ébauches de composition élaborées par Allan pour ses Cants de la tibla révèlent l’écart avec ce qui en resta dans Li Cants dau deluvi. La principale suppression concernait des poèmes longs auxquels Allan tenait pourtant particulièrement et qui constituent une des principales originalités du poète16. Deux au moins de ces poèmes étaient écrits en 1955 : Lo Cantic dau Brau, et Lo Poèma de l’ametla. Cependant, dans l’attente d’une publication d’un recueil de ses poèmes, Allan n’était pas resté inactif. Il avait proposé Lo Cantic dau Brau aux Cahiers du Sud, par l’entremise de René Nelli. Le manuscrit avait été accepté et publié dans le n° 334 (1956), avec une notice de Nelli sur l’auteur, ce qui représentait une belle reconnaissance. De même, le Poèma de l’ametla, dont le manuscrit est daté de 1955, fut publié en 1957 par la revue ruthénoise Entretiens sur les lettres et les arts, dirigée par Jean Digot, éditée par Subervie, au comité de rédaction de laquelle on trouvait notamment Frédéric-Jacques Temple17. Allan continua à proposer des poèmes à la revue Oc et à écrire dans les Reflets Méditerranéens et La Dépêche de Provence. Il publia aussi des tirés à part de nouveaux poèmes longs, ainsi en 1960 La Cantada di Cantadas – daté de 1958, transposition du Cantique des cantiques et lo Poema dis amics, dont l’édition, préfacée par A.-P. Lafont, portait les dates « 1960-1962 ».

Image 10000000000002430000034A615949B4F95FD2EA.jpg

Image 10000000000002420000031315AEB795C25289BB.jpg

Le contexte éditorial des années 1950

L’aventure éditoriale à laquelle fut mêlée l’œuvre d’Allan concerne quelques acteurs, peu nombreux, au centre desquels Robert Lafont. Et puis d’autres, qui apparaissent au fil des correspondances : René Nelli, qui permit la publication du long Poèma del brau dans les Cahiers du Sud en 1956, Andrée-Paule Lafont, qui travaillait avec son mari pour la collection Messatges : saisie des textes, négociation avec les auteurs et les autres responsables de la collection dont Manciet, qui apparaît comme celui qui choisissait et qui tranchait, ou encore Henri Espieux. Les moyens d’édition étaient limités, ce dont témoigne le gabarit de la collection : entre 40 et 50 pages, bilingues. Ce gabarit est-il la cause de l’élimination des poèmes longs ? ou bien vient-il corroborer un choix esthétique ?

En ce qui concerne les poètes provençaux dont fait partie Allan, la question de la graphie et les querelles entre occitanistes et mistraliens, particulièrement exacerbées dans les années 195018, est souvent au centre de l’œuvre telle que la révèlent les manuscrits. Si Allan choisit la graphie occitane à partir de 1951, suite à sa rencontre avec Lafont, il publia aussi des textes en graphie mistralienne dans les organes édités par le groupe de presse où il travailla à partir de 1956, choix justifié dans ses lettres à Lafont par la nécessité de se plier aux attentes des autorités intellectuelles satellites du dit groupe de presse. Ainsi dans une lettre du 21 novembre 1955 :

A ! Carles Galtier e Robert Joly de « Reflets de Provence » m’an demandat qu’escriguèsse un poëma de Nadau pèr sa revista. L’ai escrich : es un poema de vonge estrofas de 5 vers, onte fau parlar la palha de la grupia. Mas era escrich en grafia occitana, e m’an talament embestiat qu’ai autorisat Galtier a lo revirar en grafia mistralenca ; i aura tambèn la grafia francesa en regard. Ai belèu fach un bestitge. De que ne dises ?

Ah ! Charles Galtier et Robert Joly de « Reflets de Provence » m’ont demandé d’écrire un poème de Noël pour leur revue. Je l’ai écrit : c’est un poème de onze strophes de 5 vers, où je fais parler la paille de la crèche. Mais il était écrit en graphie occitane, et ils m’ont tellement embêté que j’ai autorisé Galtier à le traduire en graphie mistralienne ; il y aura aussi la graphie française en regard. J’ai peut-être fait une bêtise. Qu’est-ce que tu en dis ?

ou, à l’inverse, celle-ci, datée du 25 novembre 1960, à propos de La Cantada di cantadas, son adaptation du Cantique des cantiques :

« Crois-moi, l’occitanisme est pour moi plus qu’un habit. C’est le seul moyen de sauver la langue ; en ce qui concerne la graphie du Cantique, c’était pour moi une question d’efficacité : je veux mettre de mon côté pour ce poème-clé le plus de chances d’être lu. Donc je le publie en graphie occitane. Galtier va en faire une jaunisse. […] »

Outre cette alternance de deux choix graphiques, on observe aussi, au cœur des textes – manuscrits et autoéditions – une certaine insécurité linguistique. Allan, qui connaissait l’espagnol, en utilise certaines des notations, comme les finales en –ón. Il ignore globalement les règles d’accentuation graphique, plaçant des accents aigus inutiles ici, les oubliant ailleurs. Des règles communes aux deux graphies sont ignorées, comme celle qui régit l’alternance entre lei et leis (ou li / lis, selon la graphie… et la période). Par ailleurs, le choix – majoritaire19 – par Allan de la graphie classique l’emmena parfois à des formes qui me semblent être des languedocianismes, ainsi, parmi de nombreux exemples, l’emploi de « daissar » pour « laissar », ou encore de « alba » pour « auba ».

Les manuscrits d’Allan, entre itinéraire biographique et itinéraire poétique20

Les éditions préparées par Allan

Plusieurs manuscrits conservés par ses enfants, soigneusement paginés et calligraphiés pour être confiés à l’impression, témoignent de la volonté d’Allan d’organiser une édition complète de son œuvre. Les poèmes – dont l’écriture est, à quelques exceptions près, datée – y sont classés, organisés en plusieurs chants constituant de grands ensembles dont il n’est pas toujours aisé de dater la constitution, ensembles eux-mêmes variables d’un manuscrit à l’autre. Parmi les plus complets de ces manuscrits figurent un cahier d’écolier de grand format et un ensemble de textes reliés dans un classeur. Ce dernier est relativement récent puisque Allan y emploie la graphie des déterminants provençaux en -ei, adoptée en 1979. Une découverte dans les fonds du CIRDOC m’a permis de dater cet ensemble. En effet, le CIRDOC en possède deux exemplaires cotés Ms 136 et Ms 137, identiques, à l’exception des annotations manuscrites qui ont été augmentées dans le tapuscrit 136 où figure la mention suivante, juste après l’insertion des premiers poèmes édités dans la collection Messatges :

« Per leis poemas que seguisson, daisse an aquéleis que, belèu, après ma mòrt, li agradarà de lei publicar, la corvada de lei vestir d'una grafia mai convenènta, mai racionala vo mai... oficiala. Dissabte, 10 de novembre de 1984, R. Allan »

[Pour les poèmes qui suivent, je laisse à ceux qui voudront bien, peut-être les publier après ma mort, la corvée de les vêtir d’une graphie plus convenable, plus rationnelle, ou plus… officielle.]

Image 10000000000003BB000003E82C268B45D2030DE9.jpg

L’hypothèse que je formulerai, étant donné l’admiration éprouvée par Yves Rouquette, alors responsable du CIDO – ancêtre du CIRDOC – pour l’œuvre d’Allan21 est qu’il s’agissait de la préparation d’un recueil dans la lignée de ce qui avait été réalisé par le CIRDOC ou par l’IEO pour les œuvres de Charles Camproux, René Nelli, Léon Cordes et Jean Larzac22. Il existe aussi, dans le fonds Robert Lafont, un autographe d’Yves Rouquette, où celui-ci présente le projet d’une exposition conçue autour de l’œuvre d’Allan.

Image 10000000000002DE000003E8755E15381ACE2587.jpg

Image 100000000000031F000003E8F3EED6ABB3C3A920.jpg

Les carnets des années d’avant 50

Il s’agit de trois carnets à spirales, de tout petit format, l’un de 15,5 x 7,5cm et deux de 10,5 x 17 cm, que nous signalerons par « Carnet 1 », « Carnet 2 », et « Carnet 3 ». Ces premiers cahiers préparent déjà ce que seront Li Cants de la Tibla et livrent d’autres enseignements.

Carnet 1

Image 1000000000000320000002D75A740F76D69F1214.jpg

Le plus petit est tout en français ; les textes – sans dates – y sont soigneusement calligraphiés sur la page de droite, suivis de la signature de l’auteur et de la mention A.R. Allan. C’est ainsi qu’Allan procédait lorsqu’il considérait un texte comme achevé. La première page porte la mention d’un titre : « Adrien Robert Allan Les Feuilles d’aube – poèmes – première partie ». Cette page a d’ailleurs servi ultérieurement de brouillon et permis de noter un plan… Les pages de gauche du carnet, initialement laissées vierges, ont été également utilisées comme brouillon et contiennent des annotations de toute sorte : adresses, calculs, dessins préparatoires à des travaux de bricolage, préparation de stands ou de défilés politiques, ces deux derniers points complétés par des listes de matériel à acheter… Le deuxième poème s’intitule « Odelette / à la manière de Ronsard », alors que l’on sent ailleurs l’influence de Baudelaire – dont une épigraphe ouvre le texte « Dicha dau passejaire » / « Dit du promeneur »23 ou des Parnassiens, ainsi dans un poème intitulé « À une négresse ». Le poème « Le Beau » est ouvert par une épigraphe de Rousseau. L’inspiration des Cants de la Tibla se sent déjà ça et là, ainsi dans le premier des deux « Poèmes sans sujet »24 ou le « Rêve d’été »25. C’est aussi dans ce carnet qu’on trouve un poème dialogué « Après l’orage »26. Or Allan pratiqua toute sa vie ce genre proche du théâtre qu’il aimait tant, alors qu’il n’écrivit pas d’œuvres dramatiques.

Carnet 2

Les 16 poèmes qu’il contient y sont également copiés sur la page de droite et la page de gauche a été réutilisée ensuite comme brouillon ; le nom et la signature sont parfois accompagnés d’une date. Parfois figure la mention d’un lieu, ainsi : « Écrit à Paris dans une chambre frigidaire » qui accompagne le poème « À une dame en rêve », dans lequel nous reconnaissons une version française de « Cant pèr una dòna de sòmi »27. Des phrases de « Nocturne fantastique » ont été reprises dans le poème en prose « Sòmi »28.

Un parcours rapide des poèmes et des épigraphes montre le réinvestissement par l’auteur de ses lectures des textes du XIXe siècle : Baudelaire, Rimbaud, Chateaubriand. De ce dernier, Allan retient la nouvelle Le dernier Abencérage29, dont il donne un extrait en épigraphe du dernier poème « Doña Bianca ». Ce choix dans l’œuvre de Chateaubriand est d’une totale cohérence poétique avec la fascination de l’auteur pour l’Andalousie, son imaginaire et ses poètes. Il en a livré la source dans son autobiographie : la découverte, au collège technique de Nîmes, en cours d’espagnol, des poètes de la génération de 1927, Lorca, Machado, Alberti, Jímenez… D’ailleurs, le premier poème du carnet, daté du 28-2-49, intitulé « La virgen de los cuchillos ». (La vierge aux poignards) » est d’un ton très lorquien30. En voici les premières strophes :

La virgen de los cuchillos (la vierge aux poignards)

Le soleil a fait place à la lune
Le soleil reflète du sang
Et doucement s’évanouit

Ils ont sorti mille poignards
Mille poignards trempés d’acide
Ils lui ont donné mille coups
Et mille gouttes ont jailli

Là-bas, là-bas, loin dans la plaine
Brillent les poignards de la vierge
Brillent les poignards incrustés de sang

Image 10000000000003E800000326E91A9BD43B1826E2.jpg

C’est le premier carnet où apparaît l’occitan, dans une graphie qui se cherche. La première page porte les mots « O béu souléu / béu », début d’un texte – sans prétention poétique… – développé ainsi quelques pages plus loin : « O béu souléu de maï / escáufo la Prouvenço / abriu abri [le mot « Abri » étant biffé] abriou / Mas fas pas proun per nous » [Ô beau soleil de mai / réchauffe la Provence / avril / mais tu ne fais pas assez pour nous]. Ce carnet contient aussi plusieurs visages caricaturés, dont l’un intitulé « vision de cauchemar ».

Image 1000000000000320000003429D081BE9FD3B7054.jpg

Carnet 3

Ce carnet a été rempli « par les deux bouts » : lorsqu’on le retourne et qu’on commence par la fin, on y découvre une nouvelle série de textes. Les textes de la première partie, toujours soigneusement calligraphiés sont écrits pour une part parallèlement aux spirales du carnet. Ils sont signés et datés, avec parfois l’indication d’un travail de réécriture. L’ordre du carnet ne suit pas l’ordre chronologique d’écriture : un poème daté de 1946 suit plusieurs textes de 1950. Les engagements militants de Robert Allan, membre du PCF dans les années 40, apparaissent à travers un poème intitulé « 1er Mai », daté du 2 mai 1950 ou un autre intitulé « Au poète communiste turc Nazim Hikmet », daté de « Saint-Marcel d’Ardèche. Mai 1950 ». Hikmet était alors emprisonné depuis 13 ans. Sur la page suivante du carnet est collé un article de journal intitulé « Nazim Hikmet est libéré », accompagné de la mention manuscrite d’Allan « Libéré le 15 juin 1950 ».

Image 100000000000032000000204B69A4ACF4BA47342.jpg

Image 10000000000004B0000003AE293594BFBCBFFAD2.jpg

Autre poème de la même inspiration, page suivante : « Dit de la Résistance », accompagné de ces mots en épigraphe : « Ô mon pays est-ce bien mon pays ? Louis ARAGON – « Richard Cœur de Lion ». Il s’agit en réalité d’une des nombreuses autobiographies rédigées par Allan. Il y raconte son entrée en résistance en janvier 1944, alors qu’il était élève d’un collège technique, nomme ses compagnons « Roustan, Avril, Jourdan », il évoque l’emprisonnement de l’un d’eux, livré à la torture, et la décision du groupe de se séparer pour échapper à la Milice, puis son engagement après la Libération, la campagne d’Alsace, d’Allemagne « avec des maquisards pour compagnons ». Il énumère ses lectures : « …Marx Lénine Staline / et le grand Louis Aragon », ses déceptions de voir perdurer les injustices, et sa décision de s’engager :

Alors j’ai vu des milliers d’hommes
Des hommes saturés de mots
Qui comme moi voulaient des faits
J’ai pris leurs mains entre mes mains
Depuis je lutte à leurs côtés
Le temps des journaux clandestins
Est comme revenu pour moi…

Écrit à la maison de repos de Saint-Marcel d’Ardèche ce vendredi 23 juin 1950

La nouveauté de ce carnet est la présence de nombreux textes en occitan, à l’état de brouillons (ni datés ni signés, porteurs de ratures). Il s’agit essentiellement de traductions, exercice qu’Allan ne cessa de pratiquer tout au long de sa vie :

  • d’Allan lui-même, comme ce « Proumié diour maienc » [Premier jour de mai], ou « Pèr l’alba maienca » [pour l’aube de mai], traduction du premier poème français « À l’aurore ».

  • de Baudelaire : « Lou fourestié » ou « La desespéranço de la vièio » (traductions de « L’étranger » et « Le désespoir de la vieille »)

  • de Blake : « Guihèn Blake. Cant d’inóucenci e d’esperienci. Entrouducioun » [William Blake. Chant d’innocence et d’expérience. Introduction].

  • de Laforest : « Fresquiera » [fraîcheur]…

Figurent également quelques compositions originales, la plupart inachevées, comme ce poème sans titre commençant par « Sus lou crestenc de la mountanha » [Sur le sommet de la montagne]. C’est aussi dans ce carnet que s’observe le passage d’Allan de la graphie mistralienne à la graphie occitane. Et cela par l’entremise de Lafont, dont la trace est physiquement présente à travers sa réécriture manuscrite d’un texte en graphie occitane, à partir d’un essai hybride d’Allan : « A l’alba clara se marida / Lou clar canta di bouscarida… » [À l’aube claire se marie / le chant limpide des fauvettes]…

Image 10000000000003E8000003062E6DE124EB05F6A4.jpg

Les carnets d’après 1950

Carnet 4

Ce carnet, de format 13 x 21, découvert en décembre 2014 par la famille de Robert Allan, est, comme le carnet 3, consultable « par les deux bouts ». Il renferme à la fois des notes variées pour lesquelles il semble avoir fait office de brouillon et des textes littéraires, certains sous forme de brouillons raturés, d’autres (les mêmes textes parfois), soigneusement calligraphiés. Parmi les brouillons, quelques inédits, dont une petite part en français. À l’intérieur du carnet sont insérées des feuilles volantes et des fiches bristol contenant des textes soigneusement calligraphiés, datés et signés par Allan. La date de 1953 est plusieurs fois mentionnée. Un des intérêts de ce carnet est de contenir un manuscrit de traductions occitanes de Lorca, qui seront éditées en 1976. On trouve d’abord un brouillon au crayon noir intitulé « – Romancero Gitan – Romansa de la luna, luna ».

Image 10000000000003E8000002F7AD09F9EBE75C48F1.jpg

Suit un ensemble de sept textes calligraphiés à l’encre, précédés du titre « – Federico García Lorca – / Romancero Gitano / (Lo romancier Caraca) / Revirat de l’espanhòu au Provençau / pèr AR Allan. Ces textes sont :

  • Romança de la luna, luna

  • Preciosa e l’aura

  • Brega

  • Romança sonambula

  • La monja caraca

  • La molher infidèla

  • Romança de la lanha negra

Il s’agit probablement là des traductions auxquelles Lafont faisait allusion, dans un texte autographe daté de 1956, probablement destiné à une préface pour le recueil des Cants de la Tibla. Lafont affirme qu’Allan lui apporta, dès 1950, ses traductions de Lorca et précise : « ...Allan a médité l'œuvre d'un grand maître méditerranéen, F.G.L. cela fait 6 ans, il prenait place dans la nouvelle génération des poètes d'oc par une traduction du Romancero qu'il m'apportait. »

Carnet 5

Tout laisse à penser que ce cahier, de format 17 x 22, contient le premier manuscrit organisé des Cants de la Tibla, même si ce titre ne figure nulle part. Les textes y sont datés à partir de « 11-1951 » jusqu’à « En Avinhón lo 19-1-55 ». La date du « 5 de junh 1953 » nous informe de la composition du texte « Cançon dau cranc au bòrd de la mar »31. Le manuscrit des textes est précédé par cinq pages d’un journal intime intitulé « Mon diari ». Le 16 juin 1953, Allan rapporte un écho d’un événement personnel : sa rencontre avec de petits Gitans qui portent des bouquets de lauriers-roses, scène que l’on retrouve dans le poème « Porgidas / Per Joaneta » / « Offrandes / Pour Jeannette »32.

Image 10000000000003E8000002AB7FD2D004D5B971DE.jpg

Deux pages contenant des dessins, une tête de coq, un visage de profil recouvrant le brouillon au crayon noir du début du poème « Cant de la femma desesperada », puis une page blanche, précèdent le manuscrit des poèmes des Cants de la Tibla. La version soigneusement calligraphiée de ces Cants contient des textes numérotés en chiffres romains, organisés en livres, eux-mêmes numérotés du Libre II au libre V, le numéro de la première section étant omis. Cette version initiale des Cants de la tibla, incomplète, contient 46 textes alors que la version que nous avons éditée à partir du manuscrit de 1984 contient 61 textes composés avant 1955. Y manquent notamment les poèmes longs, « Lo Cantic dau brau » (18-23 d’abrieu de 1955) et « lo poèma de l’ametla », daté « junh de 1955remanejat en novembre de 1955 ». Cette absence s’explique certainement par les dates limites inscrites dans le carnet : à partir de « 11-1951 » jusqu’à « En Avinhón lo 19-1-55 ». L’organisation de l’œuvre telle que pensée dans ce carnet hésite entre générique et chronologique. Globalement l’organisation chronologique, respectée d’un texte à l’autre, s’articule avec un classement générique. Mais les deux premiers livres, ainsi que le livre IV, obéissent à un classement scrupuleux (vers pour I et IV / prose pour II) alors que le livre III, essentiellement composé de textes versifiés, contient deux textes de prose. Il contient aussi le long poème « « Tres planhums per un aucèu » qui fit par la suite l’objet d’un seul « livre » dans les architectures successives de son œuvre conçues par Allan.

Des Cants de la Tibla aux Cants dau Deluvi : quelques éléments sur l’œuvre de Robert Allan

L’œuvre poétique de Robert Allan, si on en considère l’ensemble qu’il avait lui-même organisé en prévision d’une édition complète, est d’une grande variété formelle. Outre de nombreux poèmes courts ou de longueur moyenne, aux vers souvent réguliers mais non rimés, une des spécificités de Robert Allan est celle des poèmes longs, sous forme dialoguée le plus souvent, y compris l’adaptation provençale du Cantique des Cantiques. Or seules les pièces courtes dont le seul « Poëma sèns tòca », dépasse le volume d’une page, ont été conservées dans le volume de Messatges sur lequel nous allons désormais centrer notre regard. En voici la liste

Manidet èra lo babau / Petit enfant c’était le croquemitaine
Racònte / Conte
Cant de l’enfantet / Chant du garçonnet
Cant de languison / Chant de nostalgie
Cant de nuech / Chant de nuit
Sèns títol / Sans titre
Cançon pèr Jaumeta / Chanson pour Jacqueline
Sòmi / Songe
Auton / Automne
Pròsa pèr Ofelia / Prose pour Ophélie
Cant dau Deluvi / Chant du Déluge
Cant de l’emprenhament / Chant de la fécondation
Cançon dau cranc au bòrd de la mar / Chanson du crabe au bord de la mer
Cançon / Chanson
Cançon per deman / Chanson pour demain
Cançon de nèu / Chanson de neige
Poëma sèns tòca / Poème sans but
Dicha dau passejaire / Dit du promeneur
Lo pegós / Le fâcheux
La negada / La noyée
Campanas / Cloches
Collòqui / Colloque

p. 4-5
p. 6-7
p. 8-9
p. 10-11
p. 12-13
p. 14-15
p. 16-17
p. 18-19
p. 20-21
p. 22-23
p. 24-25
p. 26-27
p. 28-29
p. 30-31
p. 32-33
p. 34-35
p. 36-39
p. 40-41
p. 42-43
p. 44-45
p. 46-47
p. 48-49

Dans les poèmes d’Allan, notamment mais pas exclusivement dans les poèmes longs, bêtes, herbes, pierres, astres deviennent personnages de scènes – au sens théâtral – et l’univers construit par Allan est parcouru de dialogues. L’œuvre poétique donne ainsi l’impression de combler par ce biais l’absence de texte de théâtre de la main d’Allan, alors qu’il ne cessa de dire son amour pour le genre dramatique. Il rendait compte par exemple, avec brio, du festival d’Avignon dans les journaux auxquels il collaborait et Lorca, auquel il vouait une véritable vénération, était d’abord pour lui l’animateur de la Barraca, cette troupe de théâtre ambulant qui interprétait dans les villages d’Espagne les œuvres théâtrales du Siècle d’Or, mettant ainsi les classiques à la disposition du peuple. La forme dialoguée se retrouve dans le dernier texte : « Collòqui »33, où apparaît l’intérêt d’Allan pour les gitans, autre point commun avec Lorca :

Dròlle, ont anaràs, anuech ?
- Ai Santas, ma maire, ai santas
- E de qué i anaràs faire ?
- Vòle anar vèire lei caracos
- Lei caracos son de laires
Te raubaràn ton capèu
- Ambé de fuelhas de varatge
Me ne’n trenarai un mai bèu
- Lei caracos an de dagans
Esconduts dins sei laüts
- Adonc vendrai un laüt
E farai cantar leis èrsas
- E lei caracos, en s’enanant
Ras de la mar te quitaràn
- Adieu maire ja me sònan
D’alai lei Santas de la Mar.

Enfant où iras-tu ce soir ?
- Aux Saintes-Maries, mère, aux Saintes-Maries
- Et qu’est-ce que tu iras y faire ?
- Je veux aller voir les gitans
- Les gitans sont des voleurs
Ils te voleront ton chapeau
- Avec des feuilles d’algues marines
J’en tresserai un plus beau
- Les gitans ont des poignards
Dissimulés dans leurs violons
- Alors je deviendrai un violon
Et je ferai chanter les vagues
- Et les gitans en s’en allant
Près de la mer te laisseront
- Adieu mère déjà m’appellent
Là-bas les Saintes de la Mer.

Le ton de réalisme poétique qui marque ce poème ainsi que certaines proses rappelle aussi Lorca et des pièces comme El Maleficio de la mariposa [Le maléfice du papillon] ; cette tonalité se retrouve dans le deuxième texte des Cants dau Deluvi : « Racònte » / « Conte », sous-titré, dans certaines versions, « La Galineta » :

     Dins la garriga nòstra garriga i aviá adés una pèirassa roja regada e redonda qu’auriatz dich una tartuga ;
     Ras d’aquela pèirassa i aviá un argelàs que l’ombrejava e l’acaptava ;
     Una vesprada que Mirèlha se passejava dins la garriga pausèt son pè sus la pèirassa ;
     E l’argelàs li escaraunhèt lei cambas amb seis espinas ;
     Quauquei degots de sang tombèron sus la pèirassa e Mirelha lei regardèt e Mirelha s’enanèt ;
     E quora au clarebrun tornèt passar ras de l’argelàs
     Trobèt una galineta ingènta que dormissiá.

     Dans la garrigue, notre garrigue, il y avait jadis une grosse pierre rouge, ridée et ronde qu’on eût prise pour une tortue ;
     Près de cette grosse pierre il y avait un ajonc qui l’ombrageait et la couvrait ;
     Un après-midi où Mireille se promenait dans la garrigue, elle posa son pied sur la grosse pierre ;
     Et l’ajonc lui égratigna les jambes avec ses épines ;
     Quelques gouttes de sang tombèrent sur la grosse pierre et Mireille les regarda et Mireille s’en alla ;
     Et lorsqu’au crépuscule elle repassa près de l’ajonc elle trouva une coccinelle géante qui dormait.

Toute sa vie, Allan devait cultiver le genre de la prose poétique. Qu’on n’y cherche pas cependant une vision « prosaïque » du monde. Il s’agit plutôt d’un univers dont l’insolite est dévoilé par un regard naïf. Ainsi « Lo pegós » / « Le fâcheux »34 met en scène un personnage étrange dont la fin du texte dévoile qu’il s’agit « d’un òme de fil de fèrre » / « d’un homme en fil de fer ». Le genre de la prose met paradoxalement l’accent sur l’irruption de passages merveilleux ou oniriques dans des textes où abondent les notations justes sur les paysages de Provence et l’attention tendre au monde et à ses infinies variations au fil des saisons et des changements climatiques.

Parmi ces affinités avec l’Andalou, il y a aussi le caractère profondément populaire de l’œuvre de Lorca, et sa volonté d’utiliser la littérature orale et d’en faire œuvre écrite. Ainsi dans son œuvre Allan témoigne-t-il lui aussi de sa connaissance de l’oralité littéraire d’oc, contes, « dichas » [dits], chansons, manifestations de religiosité populaire, notamment des traditions calendales. Dix poèmes sur vingt-deux du volume de Messatges sont intitulés « Cant », ou « Cançon », comme on trouvera, ailleurs dans l’œuvre « Cantadissa », « Cantada », « Cantic » « Breçarèla » [Berceuse] ou encore « Serenada ». Allan lui-même pratiquait le chant, comme il pratiquait le dessin et la peinture. Du chant, ses poèmes ont, au-delà de leurs multiples tonalités, des formes strophiques et les longueurs variées, la régularité rythmique que ponctuent reprises et refrains. Un exemple dans le « Cant de l’emprenhament » / « Chant de la fécondation »35, qui est aussi un poème dialogué entre un « je » et un « tu » mystérieux de couleur verte qui se révèle à la fin du poème à la fois « jovènta », « fada » et peut-être « maire ». Le refrain qui scande le poème fait apparaître d’étranges « serpatons » / « petits serpents » :

Diga-me perqué tei cabeus son verds
Amor que trene de coronas
Ambé la bauca dei pradas

Siam de serpatons de morre-bordon
Siam de serpatons fricauds d’uòus redonds

Diga-me perqué tei grands uelhs son verds
Amor qu’ai tròp lèu regardat
S’auborar lei greus de blat

Siam de serpatons de morre-bordon
Que volèm venir drollets drolletons

Diga-me perqué tei detets son verds
Amor que de l’auba a la nuech
Fau de garbas d’erba moissa

Siam de serpatons de morre-bordon
Siam de serpatons fricauds d’uòus redonds

Ara diga-nos lèu quau siás
Dison que siáu joventa e fada
E maire s’aquò vos agrada

Dis-moi pourquoi tes cheveux sont verts ?
Parce que je tresse des couronnes
Avec l’herbe des prés.

Nous sommes de petits serpents face contre terre
Nous sommes de petits serpents friands d’œufs ronds.

Dis-moi pourquoi tes grands yeux sont verts ?
Parce que j’ai trop regardé
Croître les pousses de blé.

Nous sommes de petits serpents face contre terre
Qui voulons devenir enfants petits enfants.

Dis-moi pourquoi tes petits doigts sont verts ?
Parce que de l’aube à la nuit
Je fais des gerbes d’herbe humide.

Nous sommes de petits serpents face contre terre
Nous sommes de petits serpents friands d’œufs ronds.

Maintenant dis-nous vite qui tu es
On dit que je suis jeune fille et fée
Et mère si ça vous agrée.

D’autres influences sont perceptibles dans les premiers poèmes d’Allan, dont celle de Baudelaire. La traduction de deux poèmes en prose de celui-ci, « L’étranger » et « Le désespoir de la vieille », en graphie mistralienne, figure dans le carnet qui rassemble des manuscrits entre 1946 et 1953. L’influence sur Allan de la poésie rimbaldienne, dans son refus adolescent des vulgarités bourgeoises comme dans un intérêt pour la peinture préraphaélite, est également sensible à travers sa « Pròsa per Ofelia », où il revisite le personnage dans un tableau où reviennent certains thèmes obsessionnels comme ces peurs d’enfants représentées par le « babau » / « croquemitaine » du premier poème.

Dins la nuech clara de l’ivèrn, lo pinàs de la verdesca a durbit son uelh jaune ; regarda la cort grisa amb son uelh freg e desparpelat ;
Dins la nuech clara de l’ivèrn, darrier la muralha de pèiras secas, darrier la bariòta voida, podràs t’escondre e tremolar e te calar ;
Podràs t’ajaçar dins la fanga de la darriera plueja, l’uelh ros dau pinàs de la verdesca escalarà e s’alargarà e te veirà maugrat ta paur ;
E ieu anarai d’espinchons darrier la cortina de la pòrta desglesida e rirai e cantejarai per alunchar lo babau e la sòm poderosa ;
E me trufarai de ta cara blava ; adonc l’uelh ros dau pinàs se taparà de tacas grisas e me regardarà e anarai m’escondre espaventat sota mis acaptatges
36.

Dans la nuit claire de l’hiver, le grand pin de la terrasse a ouvert son œil jaune ; il regarde la cour grise de son œil froid et sans paupière ;
Dans la nuit claire de l’hiver, derrière le mur de pierres sèches, derrière la brouette vide, tu pourras te cacher et trembler et te taire ;
Tu pourras t’étendre dans la boue de la dernière pluie, l’œil roux du grand pin de la terrasse montera et s’élargira et te verra malgré ta peur ;
Et moi, j’irai te guetter derrière le rideau de la porte fendillée et je rirai et je chantonnerai pour éloigner le croquemitaine et le sommeil puissant ;
Et je me moquerai de ton visage blême ; alors l’œil roux se couvrira de taches grises et il me regardera et j’irai me cacher épouvanté sous mes couvertures.

L’inquiétante étrangeté des paysages, ces notations oniriques qui hésitent entre rêve et cauchemar, parcourent le recueil. C’est d’ailleurs sur cette ambiguïté qu’est construit le poème « Sòmi » / « Songe » :

Aquela annada foguèt marridassa. Lei flors avián pas cap d’enfust. Floquejavan plan-planet dins l’aire e venián se pausar sovènt sus mei mans e sus meis uelhs. Es d’aquò qu’a luòga d’una margarida culhiguère una flor d’olivier. Aquela annada foguèt estranha. Leis arbres avián pas cap de racinas. Lei chins avián pas cap de peus e lei cats portavan totei de bavieras blancas. Antau lo lausier florit dau potz aviá pas pus de flors que musavan sus mei mans e sus meis uelhs. Lo pinàs gigant que monta la garda davant la verdesca s’èra enfugit e laissant una concassa plena d’aiga. Davalère per nadar e i aviá pas pus d’aiga, mai i aviá de peissonets qu’acabavan de dabanar dins la fanga sorna. M’espandiguère sus lei rocàs gris e una mosca se pausèt sus ma boca ; la cochère d’una alenada ; tornèt, la cochère mai e durbiguère leis uelhs. La mosca èra la lenga de mon amiga que me potonava doçament. Lo solèu èra naut e jogava amb mei cabèus sus lei fuelhas dei lausiers37.

Cette année fut très mauvaise. Les fleurs n’avaient pas de tige. Elles flottaient lentement dans l’air et venaient se poser sur mes mains et sur mes yeux. C’est pourquoi au lieu d’une marguerite je cueillis une fleur d’olivier. Cette année fut étrange. Les arbres n’avaient pas de racine. Les chiens n’avaient pas de poils et les chats portaient tous des bavettes blanches. Ainsi le laurier-tin n’avait plus de fleurs car elles musaient sur mes doigts et sur mes yeux. Le grand pin qui monte la garde devant la terrasse s’était enfui en laissant une vasque pleine d’eau. Je descendis pour nager et il n’y avait plus d’eau, mais il y avait de petits poissons qui achevaient de mourir dans la boue noire. Je m’étendis sur les roches grises et une mouche se posa sur mes lèvres. Je la chassai encore et j’ouvris les yeux. La mouche était la langue de mon amie qui me baisait doucement. Le soleil était haut et jouait avec mes cheveux sur les feuilles des lauriers.

Le « Cant de l’enfantet » / « Chant du garçonnet »38 propose plutôt un rêve ludique, celui d’un enfant qui joue avec la lune :

Es la luna roja que vòle
La vòle jaire dins mon liech
Sus lo cabeç ras de ma testa
Li balharai ambé mei potons
Mei caranchonas de nuechs blavas
La luna roja es ma sorreta
Mai coma a ges de nas ni d’uelhs
Ni d’aurelhas ni mai de boca
Li vòle faire d’aurelhetas
Amb de fuelhons de ròsa
Un nas ambé un cruvèu de nòse
Una boca ambé mei tres dets
E d’uelhs lusents ‘mbe meis agatas
E puèi se carga la jaunissa
La farai bolir coma una escarabissa
Dins mon topinàs esmautat

C’est la lune rouge que je veux
Je veux la coucher dans mon lit
Sur l’oreiller près de ma tête
Je lui donnerai avec mes baisers
Mes caresses de nuit bleue
La lune rouge est ma petite sœur
Mais comme elle n’a pas de nez ni d’yeux
Ni d’oreilles ni de bouche
Je veux lui faire de petites oreilles
Avec deux pétales de rose
Un nez avec une coquille de noix
Une bouche avec mes trois doigts
Et des yeux luisants avec mes agates
Et si elle attrape la jaunisse
Je la ferai bouillir comme une écrevisse
Dans la grande marmite émaillée

Le « Cant de la nuech » / « Chant de la nuit »39 aurait-il été inspiré à Allan par « Les enfants qui s’aiment »40 de Prévert ? On peut légitimement se poser la question tant les univers idéologique et poétique des deux auteurs offrent parfois des ressemblances. Voici le début de ce texte :

Li passejaires de la nuech
An d’uelhs de lunadas

Les promeneurs de la nuit
Ont des yeux pleins de clair de lune

Il y a aussi de l’onirisme dans cet inventaire à la Prévert du « Poèma sens tòca » / « Poème sans but »41, daté de 1951, qui énumère des notations dont beaucoup confinent à l’absurde. Les deux premiers vers évoquent « Un baug au mitan de la dralha » / « Un fou au milieu du chemin » qui « compta de pèiras dins si mans » / « compte des pierres dans ses mains ». Ces notations peuvent être interprétées comme une série de visions du fou, que le texte fait parler à la première personne :

Me’n vau solet sus lei camins
Ambé de pèiras dins mi mans
A la boscada de l’uman
Que fuguèsse mai baug que ieu
Portat per l’aureta de mai

Je m’en vais seul sur les chemins
Avec des pierres dans les mains
À la quête de l’humain
Qui serait plus fou que moi
Porté par la brise de mai

Il peut s’agir aussi des éléments de l’étrange univers composite dont lui-même fait partie : « Un aucèu blanc landa devers l’Arca » / « Un oiseau blanc file vers l’Arche », rescapé évident du Déluge qui a donné son titre à un des poèmes et au recueil lui-même ; une main qui jette un grain de blé par une fenêtre, une fourmi qui s’en empare, une femme tenant dans sa main deux grillons chantants et qui s’avère être un squelette, deux poupées de plâtre, l’enfant de la crèche ou la fille de Jephté, cette Iphigénie biblique...

L’urgence de lire Robert Allan

C’est ce qu’écrivait Yves Rouquette à la mort du poète, dans un texte dont nous reproduisons l’intégralité en annexe :

Lo maçon bastisseire d’ostals de pèira, lo poèta bastisseire de cosmogonias42 qu’èra Robèrt Allan, lo cal legir de tota urgéncia. Al pè de sos poèmas siam plan pus mòrts dins nòstra sembla-vida que non pas el qu’es tornat a la polsa. Nos pòt desrevelhar al monde e a nautres.

Le maçon bâtisseur de maisons de pierre, le poète bâtisseur de cosmogonies qu’était Robert Allan, il faut le lire de toute urgence. Au pied de ses poèmes nous sommes bien plus morts dans notre semblant de vie que lui qui est redevenu poussière. Il peut nous éveiller au monde et à nous-mêmes.

Philippe Gardy, dans son ouvrage Une Écriture en archipel (Fédérop, 1992) présentait ainsi l’évolution de l’inspiration de Robert Allan :

Toute la poésie d’Allan, contes, chansons, chants, songes, proses, dits, cantiques… est placée sous le signe de la pureté retrouvée, de la candeur des choses et des êtres vivants. Douceur des mots, évidence de l’impossible, rythmes égaux du bonheur et de la détresse : une même innocence, contagieuse et docile, court les mots et les images, avec une étrange facilité […]
Mais la gageure devait être intenable : avec les années, la grâce inspirée d’Allan semble bien, malgré de beaux retours de fougue, s’être brûlée au feu de la désespérance. On ne la retrouve, en tous cas, dans les brefs Poëmas politics de 1974, que rongée de l’intérieur par un sentiment d’échec et d’impuissance.

Or, malgré les carences de l’édition occitane, après les Poëmas politics, Allan a continué à écrire et la lecture de l’ensemble de son œuvre amène à nuancer les propos de Gardy : ces moments de désespérance ne peuvent masquer la cohérence d’une œuvre qu’Allan ne cessa de composer, jusqu’à sa mort, dans la solitude et l’oubli du lectorat. Une relecture nécessaire doit, me semble-t-il, passer par l’œuvre intégrale bien plus riche et diverse que ce que donnait à voir le volume de Messatges. Pour ce faire j’espère avoir l’opportunité d’achever au plus vite le travail commencé en 2012 et mettre à la disposition du plus grand nombre une édition pensée par l’écrivain.

1 IEO, Messatges, n° 28, 1960.

2 [Mes petites cruches], brochure publiée en 1838.

3 1834.

4 Allan Robert, Lei Cants dau deluvi / lei Cants de la tibla 1, édition bilingue établie par Marie-Jeanne Verny, Toulouse, Letras d’òc, 2012C’est à

5 Ce manuscrit m’avait été confié par le regretté Serge Bec, lequel m’avait permis d’entrer en contact avec le fils ainé de Robert Allan, et ainsi d’

6 Je n’ai, jusqu’ici, pas trouvé d’informations à ce sujet.

7 Ces « Journées » donneront naissance (de 1967 à 1978) au Comptoir Général du Livre Occitan. (N. de l’A.)

8 Des textes français avaient déjà été publiés en revue, dont nous n’avons retrouvé aucune forme manuscrite :

  • dans la Revue artistique et littéraire, domiciliée à la fois à Paris et à Pamiers, nelle série, n° 6, 42ème année, décembre 1948, il publia un poème

9 Qui figurent dans les archives de Robert Lafont au CIRDOC. Il s’agit de 73 pièces datées de 1954 à 1974. LAF.O/168.

10 Il lui arriva encore, très rarement, après son passage à l’occitan, de publier quelques poèmes en français.

11 Trois poèmes parurent dans le numéro 190, octobre 1953, « Auton », « Li pèiras », et « La pichòta escala », p. 28-29. C’est, à ma connaissance, la

12 Attribué en 1950 à Lafont lui-même pour sa Vida de Joan Larsinhac.

13 Date indiquée dans les bibliographies et à l’intérieur du livre. En réalité, celui-ci ne paraîtra qu’en 1961, la lettre d’Allan à Lafont datée du 8

14 Le patron du groupe de presse avignonnais qui employait alors Allan. À noter qu’Allan publia de nombreux textes dans les organes du groupe :

15 Notons que les lettres d’Allan à Lafont sont majoritairement en occitan. Il ne passe au français que dans les situations de tension.

16 Dans un article de 2001, Philippe Gardy étudie ce genre poétique particulier à travers d’autres poètes : Manciet, Delpastre, Delavouët, Lafont : « 

17 Que l’on retrouve encore dans deux revues qui publièrent aussi Robert Allan, Dire et Les Cahiers de la Licorne. Dans toutes ces revues, Allan

18 Dont j’ai donné quelque aperçu dans mon étude « Mistral ou l’illusion de Robert Lafont (1954) : genèse et réception », in Los que fan viure e

19 À l’exception de son dernier ouvrage paru aux éditions de Garlaban où il retranscrivit tous ses textes en graphie mistralienne.

20 J’ai produit une analyse détaillée du cheminement entre manuscrits et éditions dans notre article : « Lei Cants de la tibla de Robert Allan : de l’

21 Sensible dans la nécrologie qu’il écrivit du poète, ainsi que dans un courrier qu’il nous adressa lors de la parution de notre édition de 2012.

22 Voici les références de ces éditions :

- 1983 : Carles Camprós, Òbra poetica occitana, Occitània / IEO. La même année, le CIRDOC avait édité une plaquette Hommage à Charles Camproux /

- 1985, Renat Nelli, Òbra Poetica Occitana, IEO.

- 1985, Leon Còrdas / Léon Cordes, CIDO, en collaboration avec “Occitania”, plaquette de présentation de l’auteur.

- 1986, Joan Larzac, Òbra Poëtica, IEO.

- 1997, Leon Còrdas, Òbra poetica, CIDO, Béziers, 1997.

23 Cants dau deluvi, 1960, p. 40-41. P. 61 de notre édition.

24 Variante de la version française du « Poèma sens tòca » / « Poème sans but », p. 41 de notre édition. Ces deux poèmes sont numérotés I et II.

25 Qui préfigure « Cant d’estiu » / « Chant d’été », p. 39 de notre édition.

26 Très différent cependant d’« Après la chavana » / « Après la tempête », p. 53 de notre édition.

27 P. 27 de notre édition, traduction occitane datée de janvier 1952.

28 P. 12 de notre édition.

29 Dont voici l’argument : à Grenade, en 1526. Aben-Hamet, dernier descendant de la lignée des Abencérage, revenu sur la terre de ses ancêtres, s’

30 Il en existe une deuxième version, légèrement différente, datée du même jour, dans le carnet 3.

31 Li Cant dau deluvi, p. 29. P. 49 de notre édition.

32 P. 51 de notre édition

33 P. 49. Dans certaines versions manuscrites et dans notre édition de 2012, en page 80, le texte, daté du « 31 d’avost de 1954 » est intitulé « Dicha

34 Li Cants dau deluvi, p. 42-43. P. 117 de notre édition.

35 Li Cants dau Deluvi, p. 26-27. P. 55 de notre édition.

36 Li Cants dau Deluvi, 1960, p. 22-23, repris dans l’Anthologie de la poésie occitane. 1900-1960, Andrée-Paule Lafont, préface d’Aragon, Paris, Les

37 Li Cants dau Deluvi, p. 18-19. P. 123 de notre édition.

38 Li Cants dau Deluvi, p. 8-9. P. 29 de notre édition où nous avons préféré la version dialoguée de notre manuscrit de référence.

39 Cants dau deluvi, 1960, p. 12-13. P. 25 de notre édition.

40 Extrait de Spectacle, 1951. Nombreuses éditions.

41 Cants dau deluvi, 1960, p. 36-37. P. 41 de notre édition.

42 Nous nous permettons de corriger l’original « cosmologias » en « cosmogonias », qui ne peut être qu’une erreur de l’éditeur.

53 Ives Roqueta, Occitans !, 87, novembre – decembre de 1998, p. 15. N.B : à droite de la page est mentionné « Adieu ». Une note de bas de page

43 114 bis, avenue Michel-Bizot, Paris XIIe, 6, place des Jacobins, Pamiers.

44 5, rue Neuve-des-Marchés, BP 24, Lodève (Hérault), dirigée par Henri Sol. Journal mensuel.

45 Magazine illustré grand format dirigé à Avignon par Robert Joly.

46 La Dépêche de Provence et les nouvelles affiches vauclusiennes. - Avignon : Société méridionale d'imprimerie et d'édition, 1956-1987.

47 Revue littéraire, 1925-1966, dirigée par Jean Ballard, Marseille.

48 Revue trimestrielle animée par Edward Dune, Frédéric-Jacques Temple et Jean Vodaine (éditeur et typographe). Adresse des 6 premiers numéros : chez

49 Revue trimestrielle dirigée par Frédéric-Jacques Temple, Montpellier.

50 Sic. Il s’agit probablement d’une erreur. Cette édition en comporte d’ailleurs de très nombreuses, signalant une non-connaissance de la langue de

51 Rodez, Subervie, dirigée par Jean Digot.

52 Organ mesadièr de l’agéncia « Interm Oc Presse », director-Editor : R. Allan, Cap-Redactor, G. Barsotti. Carmejanas-Vedenas 84 Morièras). Une

L’œuvre éditée de Robert Allan

Revues

La Revue Littéraire et artistique43

Décembre 1948, n° 6 : sonnet (en français), sans titre « Tandis que les docteurs parlent théologie… »

Œuvres nouvelles44

Janvier 1949 : « La complainte du troubadour », poème français en 6 strophes de 4 vers.

Reflets méditerranéens45

1955-56, Reflets Méditerranéens 10, « Cantique de la Paille », Poème bilingue graphie mistralienne

1960, Reflets Méditerranéens 22, « A Jeanne de Flandreysy »

1960, Reflets Méditerranéens 24, « Li campano, in memoriam Jano de Flandreysy ». Poème en graphie mistralienne accompagnant une étude en français de l’écrivain, intitulée « Jeanne de Flandreysy l’orpailleuse ».

1960, Reflets Méditerranéens 26, « La cantada di cantadas »

1962, Reflets Méditerranéens 34, « Dit du Mage Balthazar »

1963, Reflets Méditerranéens 36, « Pròsa per Loïs Bergerot »

1963-64, Reflets méditerranéens 38, « La grando bousco », « Moun aigo », « Questis drolo », « Espagno 1963 »

1964, Reflets Méditerranéens 39, « La drouleto »,

1964, Reflets Méditerranéens 42  « Serenado »

1965, Reflets Méditerranéens 43, « Elégie sur la mort de Jeanne de Flandreysy », poème français, reproduction à l’identique de « A Jeanne de Flandreysy », Reflets méditerranéens 22

1965, Reflets Méditerranéens 43, « Elégie sur la mort de Jeanne de Flandreysy »

1965, Reflets Méditerranéens 45, « La cançon de Maria-Nèu »

1966, Reflets méditerranéens 47, « Dichas d’un occitan dau segle atomic »

1966, Reflets méditerranéens 50, « Cant d’avost »

La Dépêche de Provence46

1956, La Dépêche de Provence 16, « La mouié infidelo », traduction de Lorca en graphie mistralienne

1956, La Dépêche de Provence 30, « Cantique de Siméon », poème en français

1957, La Dépêche de Provence 75, « Li carreto », Adatacioun lièuro d’un pouèmo de Juan Ramòn Gimenez

1958, La Dépêche de Provence 96, « Li campano » : ce poème, ailleurs dédié à la mort de Jeanne de Flandreysy (La Dépêche de Provence 156 (23-05-59) « In memoriam Jano de Flandreysy »), figure au-dessus de l’annonce du mariage de R. Allan e Jacqueline Bardies

1960, La Dépêche de Provence 238, « La cantadisso d’Avignoun »

1960, La Dépêche de Provence 239, « Psaume de l’Amour Paisible »

Cahiers du Sud47

1956 (n° 334)- « Cantic dau brau » / « Cantique du taureau » [Avignon, 18-4- 23-4 1955], édition bilingue.

Dire48 

1963, n° 6, « Son reiaume ».

Cahiers de la Licorne49

1960, Cahiers de la Licorne (Montpellier), n° 11 « Cançon de la rosa », « Cançon dau cranc au bord de la mar », « La jovent50 »éd. bilingue.

Entretiens sur les Lettres et les Arts51

1957 - « Lo poèma de l’ametla », [Manuscrit daté : En Avinhon junh 1955 – remanejat en Novembre 1955, « Li Cants de la Tibla », Libre VI (2)], Entretiens sur les Lettres et les Arts, 8, Rodez, Subervie. Existence d’un tiré à part signalé comme « collection « Entretiens ».

Actualitat occitana52

1966, Actualitat Occitana 18, « Occitania », supplément au numéro 18 d’Actualitat Occitana, Octobre 1966, sur feuille volante encartée.

1971, Actualitat Occitana « L’autocritica », [Per Robert Lafont, Joan Larzac e Ives Roqueta, 1965-1966.

Oc et Letras d’òc

Oc 190, octobre 1953 : « La pichòta escala », « Auton », « Li pèiras ».

Oc 192-193 abril-junh 1954 : « cançon VIII » [autre titre de « cançon de nèu »], « Cançon pèr deman ».

Oc 195, ivèrn de 1955 : « L’estriganha ».

Oc 209, julh-setembre de 1958 : « Per un aucèu mòrt ».

Oc 218, octobre-décembre 1960 : « La cantadissa d’Avinhon ».

Oc 227-228, genier-junh de 1963 : « Dicha du cabraire », « La charradissa dei sauses ».

Oc 7 (239) de la revue OC, auton de 1972, « Avenhon 1971 ».

Oc 244, Ivèrn de 1973-1974 : « L’arrambatge ».

Oc 5, nòva tièira, febrièr 1980 : « Cançon dei pòrtas ».

Oc 6, nov. seria, 1980 : « Inferta Erotica ».

Oc 9, nòva tièira, febrièr de 1981 : « La femela », « Cant de la carrièra ».

Letras d’oc, 2, abril-mai-junh de 1965 : « Serenada ».

Oc 300, XIIIe tièira, n° 20, julhet de 1991, « Lo grand viatge ».

Oc 22, Nòva tièira, junh 1984 : « Pròsa per la fugidissa ».

Oc 23, 04-92 : « Cant de languison », « Cançon d’adés », « Cant de l’emprenhament », « Cançon per lei ranas », « Coloqui », « Dicha de l’aranheta », « La galineta », « Cançon per Regina », « Pròsa per Loïs Bergerot », « La charradissa dei sauses », « Òda per Glaudi Marti », « L’inferta erotica », « Còrs de femna » [traduction de Neruda].

Ouvrages ou brochures

- 1961 - Li Cants dau deluvi, Prèmi de las letras occitanas 1955, « Messatges » (n° 28), Toulouse.

- 1960 - Tentative de restitution en vers libres français du Cantique des Cantiques de Salomon Roi d’Israël (- 970 / - 931) d’après la traduction littérale du texte hébreu de Madame A. Butte, chez l’auteur, Carméjane 84270 Vedène.

- La cantada di cantadas [Transposition en vers libres provençaux du « Cantique des cantiques ». nov-déc. 1960. Tiré à part aux Éditions de la Méditerranée, Avignon, s.d.

- 1963 - Lo Poèma dis amics (Le Poème des amis) « Avignon 1960-1962 », Texte Provençal en graphie occitane et traduction Française, Préface de Madame Andrée-Paule Lafont, dédié à Louis Aragon. Tiré à part aux Éditions de la Méditerranée, Avignon, s.d, mais l’auteur indique celle de 1963 dans une édition ultérieure.

- 1974 - Poemas politics, Comptador Generau dau Libre Occitan, Vedène, Vaucluse.

- 1976 - Federico García Lorca (1898-1936). Poèmas causits revirats dau castilhan en occitan per Robèrt Allan e illustrats per Miquèu Barjòu, Vedena, Comptador Generau dau Libre Occitan.

- 1997 - Quatre Pouèmo chausi, Hyères, Cahiers de Garlaban. Graphie mistralienne (« Lou Cantico dóu brau », « Lou pouemo de l’amelo », « La cantadisso d’Avignoun », « Lou pouemo dis ami »).

- 2012 - Lei Cants dau deluvi / lei Cants de la tibla 1, édition bilingue établie par Marie-Jeanne Verny, Toulouse, Letras d’òc, 2012.

Bibliographie critique

Roqueta Ives, « Robèrt Allan, poèta viu », Occitans !, 87, novembre – decembre de 1998, p. 15.

Verny Marie-Jeanne, « Robert Allan (Montpellier 1927 – Avignon 1998). L’itinéraire singulier d’un poète dans le siècle. », in Angelica Rieger, éd. : L’Occitanie invitée de l’Euregio. Liège 1981-Aix-la-Chapelle 2008 : bilan et perspectives Actes du Congrès de l’Association Internationale d’Études Occitanes - Aix-La-Chapelle, août 2008. Shaker Verlag, 52018 Aachen, www.snaker.de, p. 937-949, 2011.

Verny Marie-Jeanne, « L’œuvre poétique de Robert Allan (1927-1998), entre enchantement et désenchantement du monde », in Marie-Jeanne Verny, éd. : Max Rouquette et le renouveau de la poésie occitane : la poésie d’oc dans le concert des écritures poétiques européennes, 1930-1960. PULM, collection « Études occitanes », pages 257-281, 2009.

Verny Marie-Jeanne, « Lei Cants de la tibla de Robert Allan : de l’histoire d’une édition impossible au projet de réédition », in Les manuscrits du Poème (1930-1960) : actes de la journée d’études du 23 octobre 2014, en ligne à l’adresse : https://occitanica.eu/items/show/17061

Ives Roqueta : « Robèrt Allan poèta viu »53

S’èri quicòm mai a l’IEO qu’un aderent de basa, sabi ben que pro çò que fariái : o metriái tot en branle per que se publiquèsse lèu-fach e plan-fach l’òbra poetica de Robèrt Allan. Non pas solament per çò que lo paure el ven de morir a un pauc mai de setanta ans mas per aquesta rason qu’en la virada d’aqueste sègle, [es] un dels poètas los pus singulars e los pus evidents qu’agèm aguts en cincanta ans.

Occitan e universal

Occitan per çò qu’èra en lenga d’òc qu’escriviá sos poèmas, sas cantadas e sas cantadissas, mas valdriá mai dire : american coma Withman, britanic coma Blake, andalós coma Lorca, castilhan coma Joan de la Crotz, persan coma Ibn el Fârid e Omar Kayyan. Sus l’universalitat de son lirisme, quauques-uns – dels melhors – s’èran pas enganats. En primièr Josèp-Sebastià Pons qu’en 1955 metèt tot son pes a li fa obténer lo grand Prèmi de las Letras occitanas donat per l’IEO per sos Cants de la tibla que messatges metèt cinc ans a ne publicar una part jol títol de Cants del Deluvi. Puòi Jean Ballard et Jean Digot, franceses mas grands descobreires de poètas de tota lenga : lo primièr en publicant son Cantic del brau dins los Cahiers du Sud, lo segond en aculhissent son poèma de l’Ametla dins sa revista Entretiens del temps que F.J. Temple donava de poèmas d’Allan a legir dins los Cahiers de la Licorne. I ajustarai Maria Roanet : dins son antologia Occitanie 1970, publicada a cò d’Oswald, un sol poèma èra publicat en entièr – èra L’autocritica – e èra signat de Robèrt Allan…

Mas de nòstre costat, pas ren. De sa vida, pas un sol omenatge public, pas una sola vesprada poetica, pas lo mendre numerò especial ni lo mendre fronton de revista.

Glaciacion

Aquò rai : aquò sembla la règla comuna. Es aital qu’avèm daissat partir, abans el, Còrdas, Espieut, Camprós, Busquet, la grandissima Delpastre e que lo quite Bodon, dins lo sol film virat amb el, lo faguèron passar per çò qu’èra çò pus mens : un contaire.

D’aquela indiferéncia als poètas, seriá aisit de ne téner per responsables la miserabla còla de facultardons que – de pertot onte se pòdon trapar de complicis – organizan un silenci plan pus mortal que la pus canina critica sus tot çò que, dins la poesia d’òc escapèt, tot una mitat de sègle, a son estetica de mòda de tal biais d’impausar sa vida istoricista e clanica de l’istòria de nòstras letras. O farai pas aicí. Èra lo ròtle de l’IEO d’alucar lo contrafuòc en balizant los camins d’una renaissença occitana onte tot seriá estat pres en compte, emai e mai que mai, çò que contraditz l’aparelh mes en plaça d’istorians partisans vestits d’universitarisme e de gròssas ficèlas.

Fauta d’empurar los estudis, s’es daissat a l’IEO operar una glaciacion que ne son estadas victimas las doas grandas produccions liricas qu’an marcat nòstre temps. D’un costat, la provençala amb S.A. Peyre, Rebol, Delavouet, Espieut, Galtier (que sos darrièr recuèlhs son d’una prigondor umana sens gaire d’egala a l’ora d’ara). De l’autre, la lemosina, terrenala, eloquenta o coloquiala, de Mozat a Delpastre, de Grenier a Lesfargas, de Fournier a Chapduelh.

Per nos desrevelhar al monde

Coma es ora de tornar visitar nòstra poesia, es pas que temps de legir Allan. En esperant lo corpus de son òbra, trasetz-vos sus tot çò que poiretz encara trapar d’el. Jos l’ingenuitat assumida dels imatges, i veiretz córrer coma una aiga viva, testarda e poderosa, un constant apèl a la vida en una ama e un còrs. Dins sos poèmas, veiretz l’alen de vida trabalhar coma un carbonier sota sa camisa de rusca per de lònga far espelir dins l’amor un monde inocent e sensual, primitiu e futur, en ascension contunhosa cap a un endelà tot a l’encòp paradisenc e terrenal. Un monde per totjorn en estat de naissença, fargat per la paraula que cadun i trape e son sejorn e son solaç dins lo desir. Mas un monde qu’aicí e ara sèm a ne pèrdre lo camin e las claus, talament nos siam normalizats, tant siam venguts consents a totas las compromissions.

Se fasèm pas mai, se volèm pas miès, se fasèm pas mai, repetís Allan, nòstres solèlhs s’espompiràn, de lòng di fabregas mudas, de lòng di rius rameluts, davant li fedas e li braus. Es exactament onte ne siam, colonizats sens o voler pus reconóisser, cervèlas mastrolhadas al pus fons, literators ordinaris, sens illusion ni fe, artificièrs de fuòcs d’artificis, foncionaris del freg, sens memòria ni desir.

Lo maçon bastisseire d’ostals de pèira, lo poèta bastisseire de cosmogonias qu’èra Robèrt Allan, lo cal legir de tota urgéncia. Al pè de sos poèmas siam plan pus mòrts dins nòstra sembla-vida que non pas el qu’es tornat a la polsa. Nos pòt desrevelhar al monde e a nautres.

1 IEO, Messatges, n° 28, 1960.

2 [Mes petites cruches], brochure publiée en 1838.

3 1834.

4 Allan Robert, Lei Cants dau deluvi / lei Cants de la tibla 1, édition bilingue établie par Marie-Jeanne Verny, Toulouse, Letras d’òc, 2012C’est à cette édition que je me réfèrerai pour les textes qui ne figurent pas dans Li Cants dau deluvi.

5 Ce manuscrit m’avait été confié par le regretté Serge Bec, lequel m’avait permis d’entrer en contact avec le fils ainé de Robert Allan, et ainsi d’avoir accès à de nombreux manuscrits propriété de la famille.

6 Je n’ai, jusqu’ici, pas trouvé d’informations à ce sujet.

7 Ces « Journées » donneront naissance (de 1967 à 1978) au Comptoir Général du Livre Occitan. (N. de l’A.)

8 Des textes français avaient déjà été publiés en revue, dont nous n’avons retrouvé aucune forme manuscrite :

  • dans la Revue artistique et littéraire, domiciliée à la fois à Paris et à Pamiers, nelle série, n° 6, 42ème année, décembre 1948, il publia un poème sans titre, au ton très rimbaldien.

  • dans le n° 1, de janvier 1949, de la revue mensuelle Œuvres nouvelles, dirigée à Lodève par Henri Sol et imprimée par Subervie à Rodez, revue destinée aux « jeunes écrivains » un poème intitulé « La complainte du troubadour », accompagné d’une épigraphe de Zorilla (Los cantos del trovador : « Yo soy en trovador / que vaga errante ». Il s’agit d’un poème plein des clichés bien connus sur les troubadours poètes vagabonds… Preuve qu’Allan n’avait, en ce temps-là que la culture commune en ce domaine de la littérature occitane.

9 Qui figurent dans les archives de Robert Lafont au CIRDOC. Il s’agit de 73 pièces datées de 1954 à 1974. LAF.O/168.

10 Il lui arriva encore, très rarement, après son passage à l’occitan, de publier quelques poèmes en français.

11 Trois poèmes parurent dans le numéro 190, octobre 1953, « Auton », « Li pèiras », et « La pichòta escala », p. 28-29. C’est, à ma connaissance, la première publication occitane d’Allan.

12 Attribué en 1950 à Lafont lui-même pour sa Vida de Joan Larsinhac.

13 Date indiquée dans les bibliographies et à l’intérieur du livre. En réalité, celui-ci ne paraîtra qu’en 1961, la lettre d’Allan à Lafont datée du 8-01-1961 en témoigne, qui demande « Où en sont li Cants dau deluvi ? » ; ce n’est que le 7-09-1961 qu’Allan peut écrire à A.-P. Lafont : « Avec un très long retard dont je te prie de m’excuser merci de tout cœur pour les deux exemplaires de luxe des Cants dau deluvi ».

14 Le patron du groupe de presse avignonnais qui employait alors Allan. À noter qu’Allan publia de nombreux textes dans les organes du groupe : Reflets Méditerranéens et La Dépêche de Provence

15 Notons que les lettres d’Allan à Lafont sont majoritairement en occitan. Il ne passe au français que dans les situations de tension.

16 Dans un article de 2001, Philippe Gardy étudie ce genre poétique particulier à travers d’autres poètes : Manciet, Delpastre, Delavouët, Lafont : « Lo gost per lo “poema lòng” : una caracteristica de la poësia occitana contemporanea ? », Lenga e país d’Òc (CRDP Languedoc-Roussillon), 38, 2001, 3-14.

17 Que l’on retrouve encore dans deux revues qui publièrent aussi Robert Allan, Dire et Les Cahiers de la Licorne. Dans toutes ces revues, Allan semble bien le seul poète occitan auprès de grands noms de la littérature mondiale comme Juan Ramon Jimenez, Heinrich Böll, Henk Breuker, Jean l’Anselme, Henry Miller, Lawrence Durrel, o encore Ernest Hemingway.

18 Dont j’ai donné quelque aperçu dans mon étude « Mistral ou l’illusion de Robert Lafont (1954) : genèse et réception », in Los que fan viure e treslusir l’occitan, Actes du Xe congrès de l’AIEO, Béziers, 12-19 juin 2011, Carmen Alén-Garabato, Claire Torreilles, Marie-Jeanne Verny, éds. Limoges, Lambert-Lucas, p. 61-74.

19 À l’exception de son dernier ouvrage paru aux éditions de Garlaban où il retranscrivit tous ses textes en graphie mistralienne.

20 J’ai produit une analyse détaillée du cheminement entre manuscrits et éditions dans notre article : « Lei Cants de la tibla de Robert Allan : de l’histoire d’une édition impossible au projet de réédition », in Les manuscrits du Poème (1930-1960) : actes de la journée d’études RedOc du 23 octobre 2014, en ligne à l’adresse : https://occitanica.eu/items/show/17061.

21 Sensible dans la nécrologie qu’il écrivit du poète, ainsi que dans un courrier qu’il nous adressa lors de la parution de notre édition de 2012.

22 Voici les références de ces éditions :

- 1983 : Carles Camprós, Òbra poetica occitana, Occitània / IEO. La même année, le CIRDOC avait édité une plaquette Hommage à Charles Camproux / Omenatge a Carles Camprós.

- 1985, Renat Nelli, Òbra Poetica Occitana, IEO.

- 1985, Leon Còrdas / Léon Cordes, CIDO, en collaboration avec “Occitania”, plaquette de présentation de l’auteur.

- 1986, Joan Larzac, Òbra Poëtica, IEO.

- 1997, Leon Còrdas, Òbra poetica, CIDO, Béziers, 1997.

23 Cants dau deluvi, 1960, p. 40-41. P. 61 de notre édition.

24 Variante de la version française du « Poèma sens tòca » / « Poème sans but », p. 41 de notre édition. Ces deux poèmes sont numérotés I et II.

25 Qui préfigure « Cant d’estiu » / « Chant d’été », p. 39 de notre édition.

26 Très différent cependant d’« Après la chavana » / « Après la tempête », p. 53 de notre édition.

27 P. 27 de notre édition, traduction occitane datée de janvier 1952.

28 P. 12 de notre édition.

29 Dont voici l’argument : à Grenade, en 1526. Aben-Hamet, dernier descendant de la lignée des Abencérage, revenu sur la terre de ses ancêtres, s’éprend de la noble chrétienne Blanca. Ce roman, indique Jean-Michel Cornu, dans sa présentation de son édition aux Encres du Calloscagathos (2001), « qui fascina les romantiques, contribua à réhabiliter l’héritage de l’"Espagne musulmane", […] eut un impact décisif sur des générations d’écrivains et de poètes qu’il engagea sur le chemin de Grenade et des Andalousies : Gautier, Barrés, Aragon. » On pourrait ajouter Robert Allan, lui-même fasciné par l’Andalousie et ses poètes.

30 Il en existe une deuxième version, légèrement différente, datée du même jour, dans le carnet 3.

31 Li Cant dau deluvi, p. 29. P. 49 de notre édition.

32 P. 51 de notre édition

33 P. 49. Dans certaines versions manuscrites et dans notre édition de 2012, en page 80, le texte, daté du « 31 d’avost de 1954 » est intitulé « Dicha dei Santas ».

34 Li Cants dau deluvi, p. 42-43. P. 117 de notre édition.

35 Li Cants dau Deluvi, p. 26-27. P. 55 de notre édition.

36 Li Cants dau Deluvi, 1960, p. 22-23, repris dans l’Anthologie de la poésie occitane. 1900-1960, Andrée-Paule Lafont, préface d’Aragon, Paris, Les Éditeurs Français Réunis. P. 111 de notre édition.

37 Li Cants dau Deluvi, p. 18-19. P. 123 de notre édition.

38 Li Cants dau Deluvi, p. 8-9. P. 29 de notre édition où nous avons préféré la version dialoguée de notre manuscrit de référence.

39 Cants dau deluvi, 1960, p. 12-13. P. 25 de notre édition.

40 Extrait de Spectacle, 1951. Nombreuses éditions.

41 Cants dau deluvi, 1960, p. 36-37. P. 41 de notre édition.

42 Nous nous permettons de corriger l’original « cosmologias » en « cosmogonias », qui ne peut être qu’une erreur de l’éditeur.

53 Ives Roqueta, Occitans !, 87, novembre – decembre de 1998, p. 15. N.B : à droite de la page est mentionné « Adieu ». Une note de bas de page précise : « A son òbra de poèta, e fau un dever de rapelar son trabalh d’editor. Li devèm Una filha de l’An 40 de Pau Gayraud. Allan aviá vist en el un grand escrivan. Aviá rason.

43 114 bis, avenue Michel-Bizot, Paris XIIe, 6, place des Jacobins, Pamiers.

44 5, rue Neuve-des-Marchés, BP 24, Lodève (Hérault), dirigée par Henri Sol. Journal mensuel.

45 Magazine illustré grand format dirigé à Avignon par Robert Joly.

46 La Dépêche de Provence et les nouvelles affiches vauclusiennes. - Avignon : Société méridionale d'imprimerie et d'édition, 1956-1987.

47 Revue littéraire, 1925-1966, dirigée par Jean Ballard, Marseille.

48 Revue trimestrielle animée par Edward Dune, Frédéric-Jacques Temple et Jean Vodaine (éditeur et typographe). Adresse des 6 premiers numéros : chez Vodaine, mas de la Greffe, avenue du Père Soulas, Montpellier. Ensuite, nous apprend Guy Barral, « J. Vodaine repart en Lorraine où il est mort en 2007 ».

49 Revue trimestrielle dirigée par Frédéric-Jacques Temple, Montpellier.

50 Sic. Il s’agit probablement d’une erreur. Cette édition en comporte d’ailleurs de très nombreuses, signalant une non-connaissance de la langue de la part de l’éditeur, Frédéric-Jacques Temple. Guy Barral, bibliothécaire à Montpellier, a par ailleurs attiré mon attention sur le fait que certains vocables de la traduction française, comme « raines » pour ce qui était dans la première version française « grenouilles » ou « palus » à la place de « marais » étaient des vocables « templiens ».

51 Rodez, Subervie, dirigée par Jean Digot.

52 Organ mesadièr de l’agéncia « Interm Oc Presse », director-Editor : R. Allan, Cap-Redactor, G. Barsotti. Carmejanas-Vedenas 84 Morièras). Une collection presque complète est disponible à la BMVR Emile Zola, Médiathèque d’agglomération de Montpellier. Cette publication ne contient que très peu de textes littéraires, mais sa consultation permet de suivre l’évolution de l’engagement occitaniste d’Allan.

Marie Jeanne Verny

Univ Paul Valéry Montpellier 3, ReSO UR 4582, F34000, Montpellier, France